Les cabanes du verger
23 novembre 2021
Verrières Toulousaine
22 novembre 2021

La Tour Pierre Séguy

Habitat insolite : La Tour du Capitole

Aménagement intérieur d’une tour gothique à Toulouse | client : privé | 2019-2021 | Photos Cloé Chapelier


Le projet concerne la rénovation et transformation des derniers niveaux de la tour gothique de Pierre Séguy en logement locatif en triplex. Cet habitat insolite bénéficie d’une situation privilégiée au cœur du centre historique de Toulouse, à deux pas du Capitole. Il est le fruit de la rencontre entre un jeune architecte et une cliente audacieuse et plus jeune encore, réunis autour du même objectif de valorisation d'un patrimoine exceptionnel au travers d'une intervention sobre et contemporaine.
Du XIIIe au XVIe siècle, les notables et les riches marchands construisent de nombreux hôtels particuliers dans le vieux Toulouse. Ils affirment leur pouvoir en prolongeant les tours d’escalier plus haut que nécessaire dans une véritable compétition symbolique de réussite sociale. Le ciel de Toulouse se hérisse ainsi d’une multitude de tourelles de briques, autant de vigies sur la ville qui semblent s’observer mutuellement.
La tour de Pierre Séguy s’inscrit dans cette histoire locale et en a admirablement traversé les époques : construite en 1477 elle est le seul vestige gothique de l’Hôtel de Jean Bolé dans lequel elle s’inscrit, les autres corps de bâtiments ayant été largement remaniés depuis.
Placée à l’angle de la cour intérieure, la tour accueille sur ses premiers niveaux un large escalier à vis qui dessert les étages de la demeure. Dépassant ensuite des toits, elle reçoit trois petits plateaux - 9 m2 chacun - accessibles par un étroit escalier secondaire. Les deux premiers sont marqués par un caractère introverti, s’ouvrant sur la cour par une unique fenêtre.
Ils présentent en revanche des plafonds voûtés remarquables. Le plateau supérieur est couvert d’une charpente plus récente et moins digne d’intérêt, mais il jouit de vues dégagées au travers de trois petites ouvertures régulièrement disposées.
Le projet consolide ces différentes caractéristiques : il accentue et met en scène les atouts de l’existant pour offrir aux visiteurs un séjour atypique et mémorable. Les premiers niveaux voient leur introversion soulignée par un agencement centripète qui libère les parois pour ne pas gêner la lecture des voûtes. Le dernier niveau est au contraire aménagé suivant une logique centrifuge qui guide vers les ouvertures et les vues lointaines.
Au premier niveau, la salle de bain s’organise autour d’un meuble central qui intègre les sanitaires pour éviter leur installation sur les murs historiques tout en les cachant depuis l’entrée.
Sa façade en arche reprend le dessin des pans de mur périphériques et reçoit un pommeau de douche axé sur la croisée des arcs, renforçant leur effet de convergence. Sous la fenêtre, le meuble-vasque vient investir l’épaisseur du mur pour ne présenter aucune saillie dans le plan octogonal.
Au deuxième niveau, dans la chambre, le lit, les rangements et les réseaux sont regroupés dans un discret meuble-plateforme, laissant s’exprimer au mieux les voûtes. Les culots sculptés qui supportent les nervures sont mis en valeur par un éclairage en contreplongée.
Au dernier niveau, un système d’ameublement périphérique connecte les étroites ouvertures, incitant à s’en approcher pour se projeter dans la vue. Les formes courbes des meubles fluidifient les déplacements, et la similarité de leur dessin malgré leurs différentes fonctions renforce la lecture homogène de cet espace qui, véritable phare dans le ciel toulousain, s’ouvre uniformément sur les différentes orientations.
De manière générale, l’intervention se veut sobre et lisible. Elle se met au service de la valorisation de cet extraordinaire patrimoine, autant en établissant des parallèles formels avec l’existant qu’en instaurant des mises à distance ou des contrastes, comme lorsqu’elle privilégie des matières lisses et claires pour contraster avec les briques centenaires.
Elle s’inscrit dans un projet plus vaste de rénovation, les façades extérieures de la tour et les autres corps de bâtiments de l’Hôtel particulier étant encore en travaux.
christophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-séjour-banquettes-nuit-2christophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-séjour-banquettes-nuit-1
christophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-séjour-entrée-nuitchristophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-séjour-côté
christophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-séjour-cuisine-jourchristophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-séjour-cuisine-nuit
christophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-chambre-entrée-jourchristophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-chambre-entrée-nuit
christophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-chambre-lit-jourchristophe-benichou-architectures-tour-pierre-séguy-capitole-chambre-lit-nuit

État avant travaux